J'ai vu plusieurs collègues photographes se lancer dans les séances photos virtuelles... on a tous envie de se sentir encore utiles, de faire travailler notre créativité et d'avoir l'impression de pas être sur PAUSE depuis trop longtemps. J'ai donc contacté Marilyne pour savoir si ce projet pourrait l'intéresser. Je vous le partage ne serait-ce que pour vous faire sourire un peu, pour mettre du beau dans votre feed.


J'vous le dis mon feed facebook c'est rendu une crainte dans ma journée, une grosse source de stress. J'y vais pour voir mes collègues photographes et ce qu'ils font de beau, pour voir des photos de ma famille et des sourires d'enfants, pour prendre des nouvelles de mes clients qui me manquent tellement ... J'essaie donc de faire partie de cette catégorie là de publications facebook et de partager surtout du créatif qui va remplir nos cerveaux d'un peu de fraîcheur, de léger. Marilyne et moi on connecte facilement, on a déjà travaillé ensemble et on a des idées similaires, c'est facile travailler ensemble. C'est d'ailleurs pour ça que j'ai essayé ce projet là avec elle. * Photos d'anciennes séances*


Une séance facetime c'est loin d'être aussi simple qu'une vraie séance, j'ai l'habitude de

pouvoir déplacer des meubles, ouvrir des rideaux, grimper sur des tabourets. Avec un cellulaire c'est beaucoup plus limitant, on doit faire avec le matériel qu'on a parce que le but de la séance c'est d'être créatif tout en restant chez soi on se serait mal vu sortir pour acheter du matériel. On doit aussi gérer la lumière comme elle vient, le contrôle des paramètres est à peu près nul si on compare un cellulaire à une caméra professionnelle. On s'entend.. le but de cette séance c'était justement ça, le défi de faire du beau avec ce qu'on a sous la main.


C'est plus difficile aussi de connecter avec la personne à photographier. Avec Marilyne l'avantage c'est que le contact était déjà bien établi et qu'elle était déjà à l'aise avec moi. Elle comprenait mes conseils facilement et avait une vision pas mal similaire à la mienne quant au résultat qu'on espérait atteindre.


Ça m'a fait du bien de créer avec quelqu'un pis d'utiliser mon surplus de créativité, ça m'a fait du bien de réaliser que j'avais quand même de la direction artistique à faire pis que je servais à quelque chose. J'ai donc décidé de pousser jusqu'au bout et de faire la retouche photo comme s'il s'agissait d'une vraie séance. Tout y est passé: L'ajout de flare (Halo lumineux), retouche de peau, suppression d'éléments (les photos sur fond blanc étaient avant des photos devant les portes du garde robe), changement de certaines couleurs, etc.

Finalement, loin d'être une séance professionnelle complète je crois que le but est atteint, des photos potables, utilisables sur le web, du temps bien dépensé à faire autre chose que stresser. T'sais la pandémie c'est pas évident pis ça nous rentre tous dedans mais essayer de trouver de nouvelles manières de pratiquer sa passion ça peut juste passer le temps pis être bénéfique, ça peut juste nous aider à ne pas oublier qu'on n'est pas totalement seuls pis qu'on n'est pas non plus inutiles.

J'vous laisse sur les photos finales tout en allant penser à mon prochain projet en attendant de pouvoir vous photographier comme je le faisais avant. J'espère sincèrement que vous allez tous bien et que vous en sortirez encore plus forts. Inquiètez-vous surtout pas... j'dis toujours autant de niaiseries pendant les séances pour vous faire rire.

(la preuve sur quelques unes des photos en bas)




Mis à jour : 28 avr. 2020

J'ai toujours été calme en temps de crise. Pourtant, je te le rappelle, mon hypersensibilité fait en sorte que je vis des émotions intenses et chaotiques sans arrêt. Peut-être que de vivre chaque jour mes propres tempêtes fait en sorte qu'en cas de crise réelle, je reste calme... Je ne le sais pas.

Alors qu'il y a quatre ans je tombais tête première sur une roche, en plein déluge à 1600mètres d'altitude au sommet du Mont Lafayette, je repris tout naturellement ma descente comme si je n'avais pas du sang plein le visage et une plaie ouverte au front. Je descendis une heure.. ou deux.. je ne sais pas, rassurant mon amie d'une blague par ci et par là pour détendre l'atmosphère. Après la route de plusieurs heures jusqu'à chez moi, je me rendis seule à l'hôpital pour faire des points de suture alors que je suis terrorisée des aiguilles. Sans jamais demander d'aide autour de moi, n'avisant même pas mes proches que j'étais tombée tête première en forêt et que j'arborais maintenant plus ou moins fièrement 5 points de suture dans le front. Je reste calme en temps de crise, j'offre mon aide même lorsque j'ai l'impression de m'enfoncer, mais jamais je n'en demande.

Pourquoi.. créature étrange que je suis, je trouve le moyen de m'effondrer alors que la planète tombe de beaucoup plus haut que moi.


Je n'ai pas peur de rester chez moi. Je n'ai pas peur de manquer de nourriture. Je n'ai pas peur de manquer d'argent.

Je n'ai pas peur d'arrêter de travailler pour un moment. J'ai peur de perdre ce que j'ai créer, j'ai travailler si fort pour être la photographe que je suis, j'ai peur de ne plus jamais la retrouver suite à cette crise mondiale. C'est égoïste je le sais mais j'ai toujours été honnête et transparente et c'est ce que mes clients et ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux apprécient le plus de moi, je continuerai alors sur la même voie. Travailler pour soi-même c'est beau, je te partage jours après jours des images remplies d'émotions, des moments inoubliables, des douceurs de la nature, des premiers jusqu'aux derniers moments en famille. Mais travailler pour soi c'est avoir donné tout ce qu'on a pour bâtir ce que vous voyez passer, l'espace d'une minute sur votre fil d'actualité facebook. Le doute est toujours présent, mais aujourd'hui le doute me renverse l'estomac, il fait en sorte que je vous écris ces mots sur une notre moins positive qu'à l'habitude. Je tenterai dans les jours qui suivent de regarder ma cicatrice au visage dans le miroir et me dire qu'on s'en sortira tous. Je tenterai dans les jours , les semaines qui suivent de continuer une vague positive sans nommer le drame, pour rendre votre quotidien un peu plus léger et sortir de la redondance.


Je voulais seulement, une fois de plus, vous partager en mots à quel point les émotions que vous me faites vivre sont fortes et positives lorsque vous me laisser entrer dans vos vies pour vous photographier. Je vous remercie de faire partie de ma vie, de m'accorder votre confiance. Je ne vous demande rien, je vous remercie seulement.


Les tempêtes des fois c'est beau.. comme en témoigne ma photo préférée à vie. On s'en sortira et si dans cette tempête on perd des morceaux de nous même je suis certaines qu'ensemble on saura retrouver encore mieux. Vos craintes et anxiétés sont valables même si on vous répète que tout ceci est plus grand que vous, vous avez le droit de ressentir. Vous êtes humains. Si vous avez besoin d'une oreille pour écouter, des mains pour aider, je serai là. Contemplez le beau de la tempête, on se revoit bientôt collectivement plus forts.




Je cherche souvent les mots pour expliquer pourquoi je fais ce que je fais.. Dire que je suis passionnée... oui, mais ça manque de précision.

Pour commencer je te dévoile aujourd'hui une facette de moi que je commence à peine à comprendre, à apprivoiser et à nommer: l'Hypersensibilité. Un long mot compliqué et épeurant qui se résume comme suit: Je ressens beaucoup, je ressens tout le temps. Je suis une tornade d'émotions, je ressens celles des autres même. Les mots, les images, les couleurs, les chansons.. tout me fait ressentir x100. La joie, la tristesse, l'anxiété, l'amour. J'ai l'empathie dans l'tapis pis des fois ça feel un peu comme une tempête toutes ces émotions. C'est beaucoup, c'est énorme et ça se passe à l'intérieur de moi sans que tu puisses le voir ou le deviner. Ça peut sonner négatif mais je t'assure que la photographie me fait voir d'un oeil positif de cette facette de moi.

Quand je reviens d'un shooting familial j'ai le coeur léger, c'est plus fort que moi je dois aller travailler les photos là, tout de suite parce que je suis encore pleine de ces rires, de ces moments de complicité.

Quand je suis dans un événement je suis surtout à l'aise si j'ai ma caméra. Subtilement je lève mon arme et j'attends... j'attends... l'éclat de rire, le sourire, la surprise; L'émotion. Je carbure aux émotions, aux moments vrais. Tu ne me verras pas shooter en rafale à gauche et à droite sans trop porter attention, j'examine, j'attends.. je veux LE moment.


Si je pouvais te partager une séance qui explique pourquoi je fais ce que je fais ce serait celle-ci. Je ne veux pas l'étiqueter de trop de mots pour ne pas la priver de toute sa magie visuelle. On fait ça court : Sophie, une amie de longue date de ma mère qui est atteinte de sclérose en plaques et qui doit désormais se déplacer en chaise roulante avec l'aide de son amoureux Luc. Andréanne et Benjamin, avec qui l'on a grandit ma soeur et moi. On a partagé des carrés de sable, des tentes de camping, des secrets et même des poux. Une famille avec qui on a vécu des aventures, monté des montagnes, découvert des sentiers.

La maladie, ce n'est jamais facile. Au travers de ces fortes émotions, de ces moments d'inquiétude, de ces tempêtes familiales je voulais leur offrir un moment ensemble à ne penser à rien et à rire, je voulais leur offrir un souvenir de ce moment ensemble. Je voulais faire ça simple, on s'en est tenu à 2 endroits dans la maison pour limiter les déplacements et ne pas fatiguer inutilement Sophie.. le but étant qu'elle s'amuse et non qu'elle s'épuise. En regardant ces images je suis fière de dire que je leur remet non seulement les souvenirs de ce moment, mais que je les imagine aussi regarder ces images ensemble et se créer tout plein d'autres moments ensemble comme celui-ci. J'espère qu'au travers de la douceur et la légèreté des ces photos en famille tu comprends un peu mieux ce que je ressens quand je photographie. Ce ne sont pas que des images, ce sont des souvenirs précieux, ce sont des sentiments partagés avec des gens qui ont bien voulu m'inclure dans leur intimité et se retrouver un peu vulnérable devant ma caméra.

Merci de me laisser faire ce que je fais de mieux, immortaliser l'émotion.